#OceanForLife : Chapitre 1 avec Simon Nessman

    Nous commençons ce voyage en compagnie de Simon Nessman à Dharavi : suivez-le dans son aventure passionnante en lisant les différents chapitres sur notre blog.

     Nous visiterons d'abord Dharavi, rendu célèbre dans le monde entier grâce au film « Slumdog Millionaire » et considéré comme l'un des plus grands bidonvilles d'Asie. Avec sa superficie de 2,1 km² et sa population dépassant les 700 000 habitants, ce quartier est le cœur de Bombay. C'est un endroit unique au monde. Nous découvrirons un lieu plein d'énergie et de ressource, toujours tourné vers l'avenir et en constante adaptation.

    Linen Shirt
    Cotton Shirt
    Linen Shirt

    Nous commençons le Chapitre 1 avec Simon Nessman, l'un des mannequins les plus emblématiques de l'univers de la mode. Il y a quelques années, il a décidé de monter un projet écologique qui lui a permis de voir le monde avec un autre regard, à des milliers de kilomètres de la jungle new-yorkaise où il travaille.

    Comme les autres ambassadeurs de la campagne, Simon pense qu'il est temps de prendre le problème de la pollution plastique des océans à bras le corps, partout dans le monde.


    Comme le dit Simon, « Il faut que les choses changent... Nous pouvons faire bouger les lignes. Nous devons agir. En ce sens, il est indispensable de comprendre la nature du problème en premier lieu ».
     

    Bien que l'Inde ne soit pas l'un des plus grands consommateurs de plastique au monde, sa gestion des déchets est catastrophique. Un grand nombre des centres de recyclage du pays ne sont pas encadrés ni réglementés.

    L'Inde produit des milliers de tonnes de déchets plastiques chaque jour, et seulement la moitié d'entre eux sont collectés et correctement recyclés. Résultat : le plastique restant pollue les eaux et contamine les terres. 

    Nous suivrons Simon dans ce voyage qui le mènera jusqu'au Mithi. Soixante-dix pour cent des rives de ce fleuve sont occupées par des centaines de milliers de cases : un bidonville géant où il n'existe aucune sensibilisation à la gestion des déchets ni aucun programme de recyclage, où les déchets ménagers, principalement en plastique, se retrouvent dans le fleuve, qui les transporte jusqu'à l'océan.

    Il est évident que même une intervention minime dans les pays moins développés sur le plan économique ferait une énorme différence pour nos océans.

    Découvrez notre premier chapitre, trouvez l'inspiration et faites passer le mot !

    N'oubliez jamais notre mot d'ordre : Réduire, réutiliser et recycler ! #OceanForLife

    North Sails, 

    Voici quelque chose qui pourrait vous plaire également